Afin de comprendre les principes de la Synergie musculo-squelettique, nous allons dans un premier temps étudier la douleur et ce qu’elle représente, puis nous verrons de quelle manière elle peut être à l’origine de troubles plus grave et finalement comment la technique permet de soulager.

La douleur, son origine, son principe

Dans notre monde moderne, de plus en plus de personnes expérimentent, à un moment ou à un autre de leur vie, des douleurs qui ne semblent pas avoir de causes physiques. Raideur dans la nuque, épaules douloureuses, bas du dos coincé, autant de symptômes gênants qui amenuisent notre liberté et réduisent notre joie de vivre. Il arrive que ces douleurs se résorbent d’elle-même mais il est également assez fréquent de voir certaines personnes vivre avec ces dernières au point de les oublier ce qui, sur le long-terme, peut être la cause de pathologies avérés plus grave.

Quelle est l’origine de ces troubles ? Le plus souvent il s’agit d’une réaction instinctive à un stress ou à une émotion… Le corps possède son propre langage. Beaucoup d’informaticiens, travaillant pourtant dans un environnement confortable et sans pénibilité physique, se plaignent de maux de dos et de douleurs d’épaules. Bien souvent cela est relatif de l’urgence dans laquelle ces personnes travaillent. La vitesse à laquelle réagissent les réseaux numériques nécessite des mises à jour et des correctifs de plus en plus complexe en un temps toujours plus court. Cela entraine un stress permanent pour être compétitif dans le monde de l’informatique.

La synergie musculo-squelettique part d’un constat simple : un muscle détendu sur l’ensemble de sa longueur permet une position structurelle des os fonctionnelle et correcte.

Comment un problème ponctuel peut-il être à la source d’un mal récurrent ?

On est en droit de se demander par quel mécanisme le stress ou l’anxiété peuvent créer de tels dommages ? Prenons l’exemple du biceps, ce muscle permettant de fléchir le bras. Si tout le monde s’accorde à dire que ce muscle travail en élongation-contraction on oublie en général beaucoup d’autres mouvements que ce muscle aura à subir. Lorsqu’une personne regarde sa montre par exemple le biceps va subir un mouvement de torsion. Ce simple mouvement répéter un grand nombre de fois créera une association mentale inconsciente : en période de stress certains muscle se contracteront de manière inconsciente. Si une micro-tension subsiste a ce niveau, le squelette ne pourra plus accomplir efficacement son travail de maintient de la structure, et il sera nécessaire à d’autres muscles, du dos entre autre, de prendre le relai. Ainsi une micro-contraction dans un membre périphérique pourra créer une douleur dans le dos. Il est donc deux axes qu’il est fondamental de traiter pour faire en sorte de soulager durablement la douleur :

  • Les micro-tensions persistantes.
  • L’association inconsciente entre une situation stressante et la mémoire musculaire.

Afin d’éliminer les micro-tensions, je prend en compte l’ensemble des mouvements qu’un muscle est capable d’effectuer. Ainsi, par des mouvements de faible amplitude, je m’assure qu’il ne subsiste plus de résistance.

Le travail sur l’association inconsciente est autrement plus complexe et global, en effet une émotion est traduite par un ensemble de facteurs biologiques : émission d’hormones, influx nerveux, pression sanguine, rythme cardiaque et respiratoire etc… La plupart de ces fonctions sont régies par le cerveau dit « reptilien » et en rapport avec le cervelet. C’est à ce moment que l’utilisation de l’apposition des mains, et dans une certaine mesure, du magnétisme, va se révéler d’importance. En effet notre peau est bardée de capteurs sensible à la pression, à la chaleur etc… Il est possible ainsi de véhiculer une information de sécurité et de confort en apprenant à toucher le corps humain avec une pression légère mais durable. Un contact à l’arrière de la tête et sur les cotés du cou sera dès lors à même de provoquer une sensation de sécurité et permettra au cerveau reptilien de se libérer des anciens schéma-réflexes qui provoquaient par le passé craintes et angoisses. Suivant ce principe, toutes les séances de synergie commencent par une prise de contact au niveau du cou afin de rendre le corps réceptif aux nouvelles informations que ce dernier devra intégrer (détente musculaire / position du squelette / niveau de tension nerveuse nécessaire à un fonctionnement optimal etc…).

 

Les conséquences d’une séance :

A la fin d’une séance, quelle que soit la posture choisie, un profond sentiment de détente est ressenti car les signaux biologiques responsable du stress on été grandement amoindrit. Il faut en général 5 à 10 min « de réveil » afin de laisser au corps et au cerveau le temps de se remettre « en fonction ».

Il est également possible que des traumas restés jusque là subconscient remontent à la surface et soit réglés par la même occasion. La profonde sensation de paix pendant la séance permet, lorsque les souvenirs remontent à la conscience d’être paisiblement observés et catégorisés.

Globalement c’est l’ensemble du corps qui fonctionne mieux, la posture est corrigé, l’émotion est apaisé et le mental est clarifié. Il faudra en général deux à trois jours de réorganisation afin que le corps et la psyché puissent intégrer l’ensemble des informations perçue pendant la séance comme un tout cohérent.